Prochaines chroniques :



05/02/2014

[Chronique] Mystic City de Theo Lawrence



Aria Rose est l'héritière d'une des plus puissantes familles de Mystic City. Ses fiançailles avec Thomas Foster, le fils des ennemis jurés de ses parents, pourraient sauver la ville de la menace qui gronde dans les bas-fonds. Mais Aria a un problème, elle ne se souvient pas être tombée amoureuse de Thomas ! Hunter, un mystérieux rebelle, semble détenir la clé de ses souvenirs... Aria trouvera-t-elle le courage d'affronter la vérité au péril de sa vie ? De ses choix dépend le salut de Mystic City...




Mystic City avait tout les ingrédients pour en faire une superbe lecture ; un résumé alléchant et une couverture sombre et très belle à la fois qui m'intriguait. Sans compter la petite référence à Roméo et Juliette sur la première de couverture ; je n'eus pas besoin de plus pour avoir envie de le lire, sachant que Roméo et Juliette c'est un peu l’œuvre qui pourrait qualifier ma vie tellement que j'aime et que j'adore la pièce de Shakespeare !

Malheureusement, la magie ne s'est pas opérée ; au point que je n'ai pas réussi à dépasser les 150 premières pages du roman ; quand je vois que je n'arrive vraiment pas avec un livre, je préfère laisser tomber, ça sert à rien de rendre une critique plus négative qu'elle ne l'est... J'ai trouvé la plume lourde et fade à la fois, une héroïne un peu cruche sur les bords (euphémisme quand tu nous tiens...), et l'univers insipide au possible car niveau originalité ça monte pas très haut. Excusez moi Monsieur Lawrence si par le plus grand des hasards vous lisez cette chronique, mais je me devais d'être franc …

Commençons d'abord par l'histoire en tant que telle... On suit Aria Rose, l'héritière d'une des plus grandes familles de New York, qui, suite à une overdose d'une drogue spéciale, a perdue la mémoire. Elle se réveille en ayant oublié une partie récente de son existence ; ses parents lui apprennent alors qu'elle est fiancée à Thomas Foster, l'héritier de la famille ennemie des Rose. D'après ses parents, elle a toujours été amoureuse de lui, allait le rejoindre les Bas-Fonds pour qu'il puisse vivre leur amour sans être reconnus... Mais à l'aube de leur mariage, elle ne se souvient de rien et se pose des questions sur son avenir et sur ce qu'on lui cache...

Parlons tout d'abord de l'univers, nous suivons l'héroïne dans un New York futuriste, victime de la montée des eaux et du réchauffement climatique, où quelques membres de la populations, les Mystiques, ont des pouvoirs surnaturels qui ont permis d'élever les bâtiments de la ville pour former les Hauteurs où les aristocrates vivent dans l'opulence alors que les Mystiques et les pauvres vivent dans les Bas Fonds où la famine et la pauvreté règne. J'ai envie de dire rien ne nouveau à l'horizon ! Encore une société divisée entre pauvres et riches ! Je n'ai pas été charmé notamment à cause des descriptions de la ville ; le but de l'écriture, en général, n'est-il pas de faire naître une quelconque émotion ? Vis à vis des personnages mais aussi du monde dans lequel ils évoluent ? Pour Hunger Games, par exemple, je ressentais un certain malaise à l'idée de cette société si particulière divisée en plusieurs districts...Pour Mystic City , je n'ai ressenti RIEN ! Le néant littéraire, si je puis me permettre ! Ca ne me donnait vraiment pas envie de poursuivre...

Pour ce qui est de l'héroïne, autant dire les choses comme elles le sont, c'est une c****. Depuis Beautiful Dark (mon navet de référence), plus idiote je n'ai jamais vu ! Dès les premiers pages elle nous offre un tel degré d’imbécillité que je savais déjà qu'elle et moi ça n'allait pas être une grande histoire d'amour... Au début du livre, Miss Rose, ayant trop chaud, passe par dessus la balustrade de son immeuble pour prendre l'air (alors qu'elle aurait très bien pu rester sur le balcon, cette gourde!), et dérape ! Non mais quelle idée, surtout que plus tôt elle dit que la distance qui la sépare de la chute, c'est la mort assuré ! Bref, le stéréotype de l’héroïne qui paraît forte mais qui en fait, est une imbécile finie. On repassera...
Pour ce qui est de Hunter, c'est copié collé du mec courageux, pauvre aux limites de la perfection sans aucun intérêt ; petit message aux auteurs : FAITES UN PEU PLUS ORIGINAL !!!!!!! Je veux de l'émotion, du vrai, des défauts qui rendent les personnages irrésistibles ; un peu comme le merveilleux Tes mots sur mes lèvres quoi... (Pas vraiment comparables, mais bon...)


Ensuite ; parlons de l'intrigue (achevez-moi!), autant nous dire la fin dès le début vu comment ce livre est transparent ! On voit le coup monté à des kilomètres ! De ce que j'ai lu, je n'ai vu aucun rebondissements juste des réactions de gamines et la réalisation de mes hypothèses. C'est plat comme planche ; offrez moi un peu d'actions s'il vous plait !

En conclusion, vous l'aurez compris, je n'ai pas DU TOUT accroché à cet univers, mais comme je le dis assez souvent, c'est avis est purement subjectif ! Voici quelques avis de personnes ayant apprécié ce roman : Laura et Géraldine !

Je tiens tout de même à remercier Marie des éditions PKJ pour m'avoir permis de lire ce livre malgré que je n'ai pas aimé ! :)

4 commentaires:

  1. Ouahhh t'es dur !! Mais on ne peut pas tout aimer :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr ! :P Merci de ton passage, Mathieu ! :D

      Supprimer
  2. Muahaha, pauvres personnages !
    Ca arrive, tant pis :)

    RépondreSupprimer